fbpx

Assistante virtuelle, quelles pistes d’évolution ?

Peut-être que tu lis mes mails et mes articles et tu te demandes encore comment tu vas pouvoir évoluer. 

Le terme d’Assistante te fait peur parce qu’il semble un peu limité.

T’as peut-être même des gens qui t’ont dit que tu te sous-estimais en envisageant cette voie. Maman qui voit ton parcours et tes diplômes et qui se désole en silence (ou pas, et là : accroche toi et stick to your guns ! You can make it ! )

Si ! Ce métier d’Assistante virtuelle est riche, polyvalent, et ouvre la voie à plein de modèles d’évolution.

Oui non pas juste un, mais plusieurs. Et encore une fois, c’est toi qui mène la danse !

Alors oui tu peux commencer avec peu d’expérience et de compétences. Miser sur ce que tu sais déjà faire, ce que tu aimes faire, ce qui s’apprend vite.

Sur ces points les réseaux sociaux et le service client sont souvent un bon point de démarrage.

Ensuite le travail auprès des entrepreneurs du web est très divers.

C’est tellement passionnant d’être dans les coulisses, et d’aider un entrepreneur à aller plus loin vers sa vision !! J’en ai des frissons !

Et c’est pour cela qu’il ne faut pas dénigrer le terme d’Assistante. Parce que oui il y a des gens qui sont fait pour être sur le devant de la scène, et tant mieux pour eux. Mais ils ne seraient rien sans toutes les personnes dévouées à les aider à y arriver.

Ca me rappelle cette citation que j’avais trouvée une fois :

« Ce qui fait la force d’un individu, ce n’est pas sa capacité à soulever un poids, mais à alléger celui des autres. »

C’est exactement ça.

Après cette petite digression, je reprends mon propos.

Donc une fois que tu as démarré et fais ta petite place au chaud auprès de quelques clients, tu as plusieurs options qui s’offre à toi.

– Monter une agence

Tu as mis de bonnes techniques de prospection en place, le bouche-à-oreille tourne bien, et tu te rends compte que tu commences à avoir plus de demandes de clients que ce que tu peux gérer. La question à se poser à ce moment là c’est : est-ce que je les renvoie vers quelqu’un d’autre, ou est-ce que je les garde pour moi et je m’occupe de gérer la sous-traitance ?

C’est comme ça qu’on peut décider de monter une agence d’assistantes virtuelles. C’est-à-dire qu’on dispose d’un groupe d’assistantes à qui l’on peut sous-traiter les missions que l’on reçoit.

Dans le mode Agence, tu restes en contact avec le client et tu fais l’interface entre lui et l’assistante. L’intérêt est de te présenter, non pas comme une personne seule, mais comme une équipe, et ainsi élargir l’éventail des prestations et des compétences que tu peux proposer.

Pour que ce soit rentable, tu dois trouver des sous-traitantes qui ont un tarif inférieur au tien. Car tu factures ton tarif au client, puis l’assistante sous-traitante te facture son tarif. L’écart sert à compenser le temps que tu prends à faire l’interface. De fait il est courant, quand une assistante te propose de faire de la sous-traitance pour elle, de réduire un peu ton tarif, pour prendre en compte le fait que tu n’as pas eu à trouver le client.

Tu peux aussi choisir de d’être « apporteurs d’affaires », c’est-à-dire que tu établis un contrat avec des assistantes à qui tu renvoies des clients. Celui-ci stipule le montant et la durée des commissions qu’elles doivent te reverser si elles concluent une collaboration avec ces clients. Ensuite le client et l’assistante travaillent sans que tu aies à intervenir.

– Monter en grade

Souvent quand on commence une relation avec un entrepreneur et que ça se passe bien, on évolue ensemble, et on est amené à toucher à de plus en plus d’aspects de son business.

On va toucher au site web, aux plateformes de formation en ligne, aux autorépondeurs, aux outils de programmation des réseaux sociaux. Puis on va entrevoir les stratégies de création de contenu, d’emailing, d’affiliation, de lancement, de vente !

Quand on travaille avec un client depuis un certain temps, on a acquis une vision globale de son activité. Il n’est pas rare, que quand celui-ci grandisse et commence à élargir son équipe, que l’on nous propose de monter en grade. Cela implique de faire de la gestion de projet et de manager l’équipe, et également de lâcher la main sur certaines tâches exécutives.

Il y a plusieurs dénominations pour définir cette évolution : certains vont dire bras droit, ou assistante exécutive. On peut aussi parler de directrice des opérations. Outre-Atlantique on parle d’Online Business Manager, qui n’a pas encore trouvé de traduction satisfaisante de notre côté.

– Te spécialiser sur un domaine

Evidemment c’est un conseil que je donne souvent. Au début, on propose une grande palette de services à un tarif moyen. Plus tu te spécialises, plus tu peux augmenter ton tarif en développant des Services Premium. Par ailleurs ce type de prestations sont plus souvent vendues au forfait, ce qui permet de se libérer des rapports de temps et d’augmenter son taux horaire. Tu vas vendre un forfait à 300€ pour des tâches que tu effectues en 5 heures, paf tu es passées à 60€/h.

Sur le web, tu peux te spécialiser dans nombreux domaines, en voici quelques uns:

  • Réseaux Sociaux (of course) – tu peux même te spécialiser sur un seul réseau
  • Relation client, qu’on appelle aujourd’hui aussi « Customer Care »
  • Systèmes et opérations
  • Vente en ligne, tunnel de vente
  • Gestion de sommets virtuels
  • Publicités Facebook
  • Programme d’Affiliation (« Affiliate manager »)

J’ai aussi vu des nanas qui sont spécialisées dans la création de PDF, donc vraiment, si tu trouves UN truc que tu adores faire et sur lequel tu excelles, tu peux tout miser dessus et offrir un vrai service de qualité.

– Faire du consulting

Faire du consulting c’est quoi ? Ca veut dire littéralement donner des conseils. Une fois que tu es bien installée dans ton rôle d’assistante, que tu sais comment roule une entreprise en ligne dans tous ses détails (ou juste certains si tu t’es spécialisée 😉 ), tu peux prendre une posture de consultante.

C’est intéressant si tu n’as plus vraiment envie de mettre la main à la patte. Tu peux conseiller tes clients sur la manière dont ils devraient faire les choses, leur donner des instructions précises sur les systèmes et pratiques qu’ils doivent mettre en place. Ensuite c’est à eux de s’occuper de l’implémentation de tes recommandations, avec leur propre assistante virtuelle. 😉

– Devenir webentrepreneur

Une fois que tu as travaillé avec des entrepreneurs du web, tu as bien compris les tenants et les aboutissants. Tu sais ce qu’il faut faire pour être visible et tu sais comment t’organiser. Alors pourquoi ne pas s’y mettre à ton tour ?

Tu peux te créer un « side hustle » pour développer une autre activité où tu vas proposer à ton tour des formations ou des accompagnements en ligne.

C’est ce que j’ai fait en créant ce blog et ma formation « Parlez-vous webentrepreneur? ». D’autres vont se diriger vers leurs clients pour former aux bonnes pratiques de la délégation, de l’organisation, des systèmes opérationnels.

Ou tu peux aussi te lancer sur une thématique complètement différente qui te tient à coeur : parentalité, santé, nutrition, voyage, écologie, tout est possible !

L’intérêt de commencer en tant qu’assistante virtuelle c’est que tu apprends les rouages du métier et donc tu as de l’avance sur quelqu’un qui se lancerait en n’y connaissant rien du tout. Par ailleurs tu as testé ton rôle d’entrepreneure, tu sais que tu travailles bien en indépendance et à distance, et tu as déjà tes habitudes de travail bien rôdées.

Tu peux transitionner doucement pour en faire ton activité principale, ou garder les deux si tu arrives à gérer.

– Devenir slasheuse

Encore une fois, devenir assistante virtuelle est un bon premier pas -simple et sans trop de risque- pour se lancer et tester ce qu’on vaut en tant qu’entrepreneure.

Cela permet d’avoir des revenus sans devoir investir beaucoup au départ. A terme, ça peut servir de « coussin de sécurité » pour tout autre type d’entreprise que tu souhaiterais lancer mais qui est plus hasardeuse.

Tu as toujours rêvé de vendre tes créations ? Tu veux te lancer dans la vannerie ? Tu souhaites gérer un lieu à mi-temps ? Organiser des événements en présentiel ?

Une fois que tu as sécurisé les clients dont tu as besoin pour avoir des revenus convenables, rien ne t’empêche de développer une autre activité « physique » à côté !

– Rester une super assistante polyvalente épanouie

Eh bien oui y’a pas de souci, si tu es bien comme ça, il n’y a rien qui te force à évoluer. Tu peux très bien rester assistante polyvalente et augmenter tes tarifs régulièrement et tranquillement.

J’ai assisté à un sommet dont le thème était « passer le cap de la rentabilité ». C’est-à-dire en gros, comment gagner plus que ce dont on a besoin pour être bien et rentable. Et une personne a demandé « Mais pourquoi devoir à tout prix passer ce cap? »

Et oui c’est vrai après tout pourquoi. Si tu arrives à un point où tu gagnes bien ta vie. Si ton entreprise tourne assez bien pour te verser un salaire convenable et mettre de côté pour les investissements divers et les coups durs. Pourquoi chercher plus ?

Et je ne dirais pas que c’est un manque d’ambition car selon moi ton ambition peut être ailleurs dans ta vie. Ca reste du travail et ce n’est pas une fin en soi. Alors si tu souhaites rester là c’est parfaitement OK ! 😀

Ta da. Tu pourras dire ça à ta mère ou à Tata Marcelle. Ce n’est pas parce que tu veux devenir Assistante Virtuelle que tu vas pourrir à faire des tâches rébarbatives dans un coin. Non.

Tu prends ta vie en main et rien de t’empêche de faire changer ton business et d’exploser tes revenus si ça te chante. Et toc.